INSERRE

InSERRE : une prison qui prépare la réinsertion

Le projet InSERRE (Innover par des structures expérimentales de responsabilisation et de réinsertion par l’emploi) consiste en l’expérimentation de 3 établissements pénitentiaires à taille humaine où 100% des personnes détenues ont accès à un travail et à une formation.

Une expérimentation nationale, un projet de territoires

3 sites pilotes ont été retenus pour porter l’expérimentation des établissements InSERRE : Toul, Donchéry et Arras.
L’ancrage territorial est au cœur du projet InSERRE :

  • - Des projets portés par les acteurs du territoire
  • - Coopération avec les collectivités et les entreprises locales
  • - Des sites choisis selon des critères précis : proximité d’une agglomération, bassin d’emploi, desserte routière...

InSERRE : répondre ensemble à un enjeu de société :

  • 1. Sécurité :
  • Prévenir la récidive des personnes sortant de prison
  • 2. Dignité :
  • Lutter contre la surpopulation carcérale
  • 3. Responsabilité :
  • Faciliter l'insertion des personnes détenues et l'indemnisation des victimes
  • 4. Efficacité :
  • Réduire le coût de la détention
Vue d'architecte d'une prison

Les spécificités des établissements InSERRE

CELLULES INDIVIDUELLES

1 personne par cellule

STRUCTURES À TAILLE HUMAINE

180 personnes détenues par établissement

LE TRAVAIL
AU CŒUR DU PROJET

100% des usagers ont accès à un travail ou une formation.

L'innovation : concevoir intégralement
la prison comme un espace d'apprentissage

Un apprenti travaillant du bois

1. Préparer la réinsertion 
Un projet basé sur le travail et la formation

  • - Les candidats sont orientés vers les structures InSERRE en fonction de leur motivation pour construire leur projet professionnel ;
  • - Le travail et les formations proposés sont construits avec les entreprises et collectivités locales et tiennent compte des métiers en tension et des métiers d’avenir (numérique, réemploi…) ;
  • - Des formations renforçant le savoir-être et les compétences premières ainsi que des remises à niveau sont proposées pour acquérir les codes de l’entreprise.

Chaque personne détenue exerce une activité qui lui permet de construire son projet professionnel et de préparer sa sortie.

2. Gagner en autonomie : exercer ses droits et sa responsabilité en détention

  • - Régime de détention ouvert : les personnes détenues circulent librement dans l’établissement en journée.
  • - Des droits renforcés pour les travailleurs : visite médicale annuelle, cotisation au compte personnel de formation, 6 jours de congés par an ;
  • - Possibilité d’exercer en auto-entrepreneur

Chaque personne détenue participe bénévolement à la vie et à l’entretien de l’établissement et peut y exercer des responsabilités.

Vue d'architecte d'une cellule
Photo d'une cantine

3. S’ouvrir sur l’extérieur : maintenir des passerelles vers la société

  • - L’espace citoyen, un lieu où les personnes détenues mettent leur travail au service du public extérieur : restaurant, salle de spectacle, réparation de vélo...
  • - Permissions de sortir en fin de peine pour encourager les démarches de recherche d’emploi, de logement ;
  • - Accès limité à Internet pour les démarches administratives et la formation en ligne.

4. Garantir la sécurité de tous

  • - La prévention est au cœur du projet de sécurité : intensification du dialogue entre le personnel pénitentiaire et les personnes détenues, connaissance fine des situations individuelles ;
  • - Une architecture qui permet de lutter contre les intrusions sans isoler l’établissement ;
  • - Une équipe pluridisciplinaire sélectionnée, formée et outillée à la gestion de cet établissement innovant.

Chaque personne détenue est accompagnée par un trinôme composé d’un surveillant, d’un conseiller d’insertion et de probation et d’un référent d’insertion professionnelle.

Un surveillant s'apprête à un ouvrir une porte extérieure

Vous voulez contribuer à ce projet ?

Contactez-nous :

inserre@justice.gouv.fr