LA FORMATION

La formation professionnelle en prison

La formation professionnelle en détention est indispensable pour préparer l'avenir de chacun.

Plus de la moitié des personnes détenues se situent au mieux à un niveau de fin d’études primaires et ne disposent pas de réelle qualification professionnelle.

Le temps de la peine doit aussi être un temps pour acquérir des compétences, un diplôme et préparer sa réinsertion professionnelle.

Un apprenti et son formateur

Comment ça marche ?

Depuis le 1er janvier 2015, la formation professionnelle des personnes détenues est une compétence des conseils régionaux, qui établissent les plans de formation conjointement avec les établissements pénitentiaires et les directions interrégionales des services pénitentiaires.

Les formations proposées en prison sont adaptées aux locaux disponibles au sein de l’établissement et au marché du travail à l’extérieur. L’objectif est de proposer des formations qualifiantes qui permettent aux personnes détenues un meilleur retour à l’emploi en sortie de prison.

Les personnes détenues qui souhaitent bénéficier d’une formation professionnelle doivent en faire la demande auprès de l’établissement, qui y répondra en fonction des places disponibles.

Des formations sont proposées dans de nombreux domaines : le bâtiment, le numérique, la restauration, les services...

En chiffres

0

formations qualifiantes

0

actions certifiantes

En 2019, 11 864 personnes détenues ont été inscrites en formation pour 2 369 662 heures de formation

0

formations pré qualifiantes

0

actions de préparation
à la sortie

Nos objectifs

Notre mission est de développer, en lien étroit avec nos partenaires :

  • Logo de l'Agence

    Des formations qualifiantes ou certifiantes, porteuses sur le marché de l’emploi : titres professionnels, CAP (bâtiment, restauration, numérique…).

  • Logo de l'Agence

    Des formations tournées vers l’extérieur : la continuité des parcours dedans /  dehors est encouragée et des aménagements de peine sont possibles pour poursuivre une formation à l’extérieur.

Zoom sur l'apprentissage en détention

Qualifiante et très recherchée par les entreprises, l’alternance est le dispositif le plus adapté pour la réinsertion des jeunes de 16 à 29 ans.

Une expérimentation de trois ans a été lancée en décembre 2019 pour développer la formation par l'apprentissage dans les prisons. Elle est réservée aux personnes détenues âgées de 29 ans au plus, qui peuvent bénéficier de ce mécanisme pour apprendre un métier en alternance et obtenir une certification.

Les parties prenantes de l'apprentissage

L’apprenti signe un acte d’engagement avec le directeur de l’établissement. Il perçoit pendant la durée de cet acte d’engagement une rémunération qui ne peut pas être inférieure à 45 % du SMIC.

L’entreprise propose l’activité de travail au sein de la détention et désigne un tuteur d’apprentissage. Elle peut également proposer une activité hors des murs, dans ce cas l’activité professionnelle est réalisée dans le cadre d’un aménagement de peine ou de permissions de sortir.

Le tuteur d’apprentissage assure l’encadrement et l’accompagnement au poste d’apprentissage. Il peut être détenu ou libre, employé ou non de la structure assurant l’encadrement et la formation au poste de travail.

Le CFA assure la formation professionnelle de l’apprenti et délivre le diplôme correspondant. Il est financé par l’OPCO (opérateur de compétences).

L’établissement pénitentiaire assure la coordination de l’ensemble du dispositif. Le chef d’établissement et la personne détenue signent un acte d’engagement d’apprentissage, visée par le CFA et l’employeur.

Parcours dedans-dehors

si le détenu est libéré avant le terme de l’acte, l’engagement prend fin et la période d’apprentissage réalisée peut être prise en compte pour aménager la durée et les modalités de mise en œuvre d’un nouveau contrat d’apprentissage à l’extérieur

4 bonnes raisons de se lancer à nos côtés
dans l'apprentissage

1

Proposer un parcours de réinsertion professionnelle adapté au marché de l’emploi

2

Permettre aux personnes détenues d’obtenir des qualifications et des certifications professionnelles

3

Augmenter l’activité professionnelle (formation et travail) et lutter contre l’inactivité en prison

4

Lutter contre la récidive en sécurisant les parcours d’insertion

Formation professionnelle et enseignement

La question de la formation professionnelle est étroitement liée à la question de la formation générale et de l’éducation. Par exemple, le taux d’illettrisme de la population détenue est d'environ 10,9% et environ 50% n’a aucun diplôme. Dans le cadre d’un partenariat entre le ministère de la Justice et le ministère de l’Éducation nationale, le service public de l’éducation propose aux personnes détenues une prise en charge et une offre de formation adaptées : environ 25% des personnes détenues sont scolarisées. Les personnes détenues peuvent également suivre des formations à distance, via notamment le CNED.

La valorisation des acquis
de l'expérience (VAE)

Toute personne détenue peut également prétendre à l’acquisition d’un diplôme par Valorisation des Acquis de l’Expérience (VAE), afin de mettre à profit ses expériences professionnelles passées, en détention comme à l’extérieur. La personne détenue qui le souhaite doit en faire la demande auprès du conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation (CPIP) qui l’accompagnera dans sa démarche.

Antoine
Opérateur au studio numérisation de Poissy

Les compétences acquises grâce au travail pourront nous servir pour notre réinsertion. On a des formations une fois par mois avec des professionnels du son, et j’ai pu passer une VAE d’ingénieur du son niveau bac.